Où est l’intelligence dans l’intelligence artificielle ?

 Dans actu

Vous entendez certainement beaucoup parler de l’intelligence artificielle ou IA.
Nouvelle tendance médiatique presque omniprésente, l’intelligence artificielle n’est cependant presque jamais clairement définie ou explicitée dans ses fonctionnements.
Pour les néophytes, l’IA est une « science mystique », capable potentiellement de tout et n’importe quoi, un mystère proche de la « magie ».
Pour élucider ce mystère, penchons-nous sur la recherche concernant l’IA. Elle semble restreinte mécaniquement au champ de l’IA numérique, en mineur le champ de l’IA symbolique.
Or, l’IA numérique est presque exclusivement relative à la recherche en mathématiques et informatique (algorithmique, algèbre matricielle, optimisation, technologie hardware, expertise réseau…).
Cette orientation de l’IA s’explique certainement par les divers réussites et application de l’apprentissage profond (deep learning), redécouvert et massivement utilisé depuis 2012 (ImageNet competition). En vulgarisant presque excessivement, l’IA numérique consiste principalement en une optimisation algorithmique du calcul et de la structuration des données.

Ce processus permet de mieux « comprendre » de grandes masses de données (big data) en dégageant des liens, notamment des corrélations, entre les données.
Il permet également de générer des modèles « prédictifs »,construit à partir de données acquises. En étudiant les données du passé, l’IA numérique tente de discerner des récurrences de pattern et donc de « prédire » des situations ou fonctionnements futurs.

A ce stade, une question s’impose à nous : mais où est donc l’intelligence dans l’intelligence artificielle ? En effet, l’usage du terme « intelligence » semble être un abus de langage pour évoquer une automatisation de la structuration des données, même très perfectionnée.
Le terme intelligence fait référence aux capacités cognitives supérieures de l’être humain (raisonnement dans un espace problème, résolution de problème, analyse et interprétation sémantique…).
Dans ce cadre, il semble nécessaire d’inclure les domaines d’expertise de l’intelligence humaine(psychologie notamment) pour augmenter le ratio intelligence / artificielle. Dans cet objectif, une approche pluridisciplinaire remettant les sciences humaines et neurosciences au centre de la recherche et du développement de l’IA semble primordiale.

En synthèse, l’IA actuellement « observable » est presque exclusivement restreinte à son approche mathématique et informatique. Pour réellement reproduire une forme d’intelligence, même basique, il est nécessaire à l’IA de s’enrichir d’une approche pluridisciplinaire, notamment en s’appuyant sur les expertises identifiées de l’intelligence.

Jean-Denis Blanc

jd.blanc@amienscluster.com

Articles récents